Accoucher dans le respect de soi

Partager

Accoucher dans le respect de soi : voici l’expérience de Nathalie. 

J’aime bien expliquer la vision de Douce-naissance à travers des témoignages… Ce que Nathalie partage avec nous cette semaine est, selon moi, un point TRÈS important dans le processus de l’accouchement, pour bien accueillir bébé.

RESPECTER SES LIMITES

Que nous nous préparions à un accouchement ou pas, cette notion fait partie de la vie et plus nous découvrons et respectons nos propres limites, sans rien vouloir prouver, mieux nous nous portons au quotidien.

Voici un exemple pour illustrer mon propos…

Imaginez un accouchement qui n’en finit pas. Après douze heures de travail intense en pleine nuit, donc après une nuit blanche, le col qui ne s’ouvre plus et une maman fatiguée et évidemment, un peu découragée. À partir de cette description, voici trois scénarios différents :

Premier scénario : 

la femme n’en peut plus et décide de demander une péridurale. Après la naissance, elle regarde son bébé et dit : je suis contente que tu sois là mais tellement déçue de ne pas avoir réussi…

Deuxième scénario :

la femme désire par-dessus tout avoir un accouchement naturel et après ces 12 heures de travail, elle continue et continue et continue jusqu’à l’arrivée de bébé. Au moment de la naissance, elle est tellement épuisée qu’elle n’a plus vraiment la force d’accueillir son bébé, elle est dépassée par la fatigue de son corps…

Troisième scénario :

la femme n’en peut plus et décide de demander une péridurale. Après la naissance, elle regarde son bébé est dit : c’est le plus beau jour de ma vie, tu es enfin là, je te tiens dans mes bras, tu es tellement beau !

Si vous étiez ce bébé, vous préféreriez être accueilli par quelle maman ?

Témoignage de Nathalie (15 décembre 2014)

Nathan est né il y a déjà trois mois. C’est mon deuxième fils.

Mon premier, André, a été conçu après une longue attente de cinq ans, due à la peur et l’anxiété qui ont toujours fait partie de mon quotidien, malgré le tai-chi, le yoga et le suivi psychologique.

Mon premier accouchement a été très long et douloureux. J’en ai longtemps gardé un mauvais souvenir, jusqu’à ce que je comprenne que j’avais outrepassé mes limites de tolérance.

Vous m’avez donné la chance de ne pas répéter cette erreur la deuxième fois. L’autohypnose m’a permis d’apprendre à me sentir bien, et à reconnaître mes inconforts et mes limites.

Oui, la douleur était au rendez-vous, mais j’ai pu l’aborder plus objectivement, l’atténuer et demander de l’aide au bon moment (support de mon conjoint, péridurale).

Moins fatiguée, j’ai pu accueillir Nathan de tout mon cœur !

La pratique de la relaxation est maintenant bien ancrée dans mon quotidien. Mon expérience a certes contribué à mon plus grand calme actuel, et votre méthode l’a clairement renforcé. Je tenais donc à vous remercier !

PS : Depuis sa naissance, Nathan est un bébé facile, calme et enjoué.

Je vous souhaite bonne chance dans la poursuite de votre beau projet. Votre approche positive, ancrée dans la réalité et respectueuse de l’expérience émotionnelle de chacun est certainement la clé de votre réussite. Bon temps des Fêtes !

Nathalie

À mon sens, une bonne maman n’est pas celle qui offre une performance mais celle qui sait se respecter. Quel bel enseignement pour bébé ! Vous pouvez enseigner de beaux concepts de respect de soi à votre enfant en espérant qu’il puisse, plus tard, les appliquer et oser se respecter.

Par contre, s’il a été en contact avec une maman et un papa qui n’enseignent pas à se respecter mais se respectent mutuellement dans leur quotidien, il y a beaucoup de chance, pour qu’intrinsèquement, votre enfant se respecte tout naturellement.

D’où le dicton : « Ne faites pas ce que je dis mais faites ce que je fais. »

Ne visez pas une « performance » pour votre accouchement, soyez vous-même, avec vos forces, vos faiblesses et, surtout, dans le respect de vos limites pour être ainsi disponible pour accueillir votre bébé et, déjà, lui enseigner le respect de soi. 

Bravo, Nathalie, d’avoir su identifier et surtout, respecter tes limites !

EN CE QUI CONCERNE LA DOULEUR

L’autohypnose est un outil très puissant, non pas pour éliminer totalement la douleur tout le temps mais pour en diminuer significativement l’intensité.

Avec une attitude intérieure qui change tout, une femme rassurée, qui comprend au préalable les étapes de l’accouchement, qui se sent accompagnée, qui sait demander de l’aide au bon moment, cela fait la différence.

La contraction, qui est souvent perçue comme une douleur intense, devient tout autre. Tout comme ce qu’a vécu Nathalie.

Merci, Nathalie, de ce partage, de cet enseignement : respecter ses limites !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>